Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications > Les systèmes caprins en Aquitaine et Midi-Pyrénées, en conjoncture 2009

Les systèmes caprins en Aquitaine et Midi-Pyrénées, en conjoncture 2009

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les systèmes caprins ont été actualisés en conjoncture économique 2009. 3 cas-types sont décrits pour la région Midi-Pyrénées.

Chaque cas-type décrit la structure d’exploitation, le fonctionnement de l’atelier caprin (troupeau, reproduction, alimentation), le système fourrager et précise les résultats techniques et économiques.

Les trois cas-types

- caprins laitiers spécialisés avec production de foin de légumineuses et graminées et autonomie en fourrage 1 couple sur 52 hectares avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait. Mises bas désaisonnées pour une meilleure valorisation du lait. Ce système se rencontre principalement dans les zones à bon potentiel fourrager. Les sols doivent notamment permettre la culture de légumineuses, indispensable à l’autonomie du système.

- caprins laitiers et bovins viande avec ensilage de maïs 2 UMO sur 39 hectares avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses. Ce système se rencontre principalement dans le Piémont du Massif Central (Ségala). On peut aussi le trouver dans toutes les zones à sol argilo-calcaire, permettant la culture du maïs ensilage, fourrage de base de la ration, et de luzerne.

- caprins laitiers, bovins viande et cultures de vente avec ensilage de maïs 2 UMO sur 68 hectares avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses. Ce système se rencontre principalement dans le nord de l’Aquitaine (Lot-et-Garonne et Dordogne) mais également (avec quelques adaptations) dans le Gers et le Tarn-et-Garonne. Les sols doivent permettre la culture de maïs ensilage, fourrage de base de la ration et de luzerne. Ils sont de type argilo-calcaire.

Auteurs : Fabien Constantin (Chambre d’agriculture du Lot-et-Garonne), Olivier Dejean (Chambre d’agriculture de la Dordogne), Jean-Pierre Dugat (Chambre d’agriculture de la Gironde), Claudine Murat (Chambre d’agriculture de l’Aveyron), Yohan Valette (Chambres d’agriculture de l’Ariège et de la Haute-Garonne), Charles Drouot et Géraldine Salvi (Asseldor), Emmanuelle Caramelle-Holtz (Institut de l’élevage).

Editeurs : Chambres d’agriculture, Institut de l’élevage, avril 2011.